5 mars 2016 - La commune à pied d’œuvre sur les chantiers

Affichages : 390

chantiers 05 mars 2016Depuis quelques jours, en plusieurs endroits de la ville, les employés municipaux effectuent divers travaux qui servent le quotidien des trébéens.

Tout d'abord, une campagne d'élagage. Les arènes, le camping, les écoles, les espaces verts, les agents taillent ou abattent en cas de maladies les arbres.
L'équipe de peinture achève la signalisation au sol des places de parking du vieux village, marque le passage piétons à la sortie de l'école des Floralies avant de commencer une nouvelle signalisation, une quarantaine de places de parking Place du 1er Mai, toute proche du cœur de ville.

D'autres agents techniques, ils sont 35 au total, se consacrent aux peintures des classes des Floralies profitant des vacances scolaires pour préparer l'accueil des enfants du centre-ville.

Débroussaillage, nettoyage, rebouchage des nids de poule pour préserver la voirie en attendant de plus gros travaux, remise en état des barrières bordeaux qui sillonnent Trèbes, tout ceci demande une gestion rigoureuse du personnel souligne Alain Galy, le Directeur des Services techniques.

D'autant que le maximum des chantiers s'effectue en régie relève Florian Maugard, le DGS.
En précisant : «avant de débuter un chantier, nous nous demandons s'il vaut mieux le faire en régie ou faire appel à des entreprises extérieures, économies obligent!».
Parmi les gros travaux, le DGS évoque la première tranche de mise en place de la vidéo-protection qui touche à sa fin et les travaux de la Route Minervoise qui doivent impérativement être terminés devant l'école des Floralies fin août.

Quant au projet d'un mandat, l'aménagement du centre ancien, sa liaison avec le port, fin 2016, devrait être effective.

http://www.lindependant.fr/2016/03/05/la-commune-a-pied-d-oeuvre-sur-les-chantiers,2165976.php

4 mars 2016 - A l’hôtel de Ville, un premier étage entièrement réaménagé

Affichages : 521

hotel de ville 04 mars 2016Ce sont les toutes dernières finitions qu'effectuent les employés des services techniques, depuis fin novembre, le premier étage de la mairie est l'objet de tous les égards!

L’hôtel de Ville, faut bien le reconnaître, nécessitait quelques travaux de rénovation, ceux d'entretien étant restés obsolètes plusieurs années.

La loi sur le handicap et la mise en conformité des lieux publics s'invitant au calendrier, il fallait prendre certaines décisions.
Cofinancés par l’État qui s'y était engagé, les travaux ont débuté fin 2015.
Le rez de chaussée accueillerait le public et le premier les services généraux et ressources humaines.
Aujourd'hui, les marches d'accès et le couloir conduisant d'un côté au bureau du maire et de l'autre aux deux bureaux des secrétaires de son cabinet sont méconnaissables.

Exit cette antique moquette qui tapissait murs et sols, place à un hall plus aéré.
Un carrelage gris et des peintures murales similaires éclairent sols et murs.
Quant à la grande salle où était reçu autrefois le public, des cloisons ont donné naissance à une salle de réunion spacieuse, et deux bureaux séparés, isolés et climatisés. Il ne manque plus que le mobilier dont l'arrivée est programmée au 8 Mars.
Ce premier chantier s'est révélé valorisant techniquement et individuellement, les agents communaux avaient tous à cœur d'apporter leur savoir-faire et tous sont heureux d'avoir contribué à la création de locaux adaptés à une administration moderne.

L'architecte trébéen désigné planche actuellement sur l'aménagement du rez de chaussée : sa mission créer un espace accueillant, respectant les usagers.

http://www.lindependant.fr/2016/03/05/des-locaux-simples-propres-accueillants-et-sains,2165971.php

 

3 mars 2016 - Le paquetage complet aux nouveaux venus

Affichages : 391

nouveaux arrivants 03 mars 2016Soixante-dix familles ont fait le choix de s'établir dans la commune l'an dernier. Le plus souvent, cette arrivée en «terre inconnue» est vécue, même si elle est désirée, avec quelques anxiétés dues au manque de repères. Depuis son arrivée aux affaires, la nouvelle équipe municipale a souhaité chaque année recevoir comme il se doit ces nouveaux arrivants autour d'un «pot» de bienvenue, tout en leur remettant leur paquetage du parfait nouveau trébéen.

Vendredi dernier, après les mots d'accueil du maire, chacun est venu récupérer son sac empli de tout ce qu'il est bon de savoir : plan de la ville, adresses utiles, les différents référents de quartier, la liste des associations, un guide touristique, l'histoire de la commune, et quelques gadgets aux couleurs de la ville. Une trentaine de familles avaient répondu à l'invitation, et quelques-uns ont bien voulu nous expliquer leur choix.

«Ici, il y a tout»

Sandrine, institutrice dans le village voisin de Rustiques, et son époux Jérôme, militaire au 3e RPIMa, parents d'une petite Capucine de 4 mois, ont fait construire dans la cité des 3B à mi-chemin entre leurs lieux de travail. Le couple a trouvé que la ville assurait tous les services nécessaires dont ils ont besoin. Sylvie et son fils Kevin, Lorrains originaires d'un village proche de Verdun, habitaient dans la Montagne Noire depuis cinq ans. Ils sont venus chercher le soleil et se sont rapprochés de la préfecture en devenant locataires dans le vieux village. Josiane, d'Argenteuil dans la banlieue parisienne, travaillait à la Défense. À la retraite, elle qui venait en vacances à Siran a rejoint son compagnon Manuel, qui travaille dans la téléphonie à Narbonne. «Ici il y a tout. Je suis heureuse dans cette belle région».

L'apéritif était l'occasion de faire plus amples connaissances avec l'ensemble des conseillers municipaux présents ce soir-là.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/03/03/2296498-le-paquetage-complet-aux-nouveaux-venus.html

 

29 février 2016 - Elagage, peinture, la ville se refait une beauté avant le printemps

Affichages : 606

la ville se refait une beauté Depeche 29 fevrier 2016Sur plusieurs points de la ville, ils ne passent pas inaperçus avec leur tenue fluo. Une équipe d'employés communaux s'affaire depuis une quinzaine de jours au grand élagage, voire abattage lorsqu'il est nécessaire, des arbres de la ville. Qu'ils soient platanes, saules, micocouliers ou encore peupliers, ils y ont tous droit comme c'est le fait tous les deux-trois ans. Devant les arènes, au camping, dans les cours d'écoles, les espaces verts, aucun n'échappe à cette coupe de printemps. «Les jardiniers procèdent à un élagage raisonné et à des travaux de désherbage, débroussaillage, nettoyage», note Alain Galy, le chef de service. Parallèlement, les travaux de peinture battent leur plein, durant ces vacances, à l'école des Floralies en vue du transfert de celles du Centre-Ville à la rentrée de septembre. Le mobilier urbain a droit lui aussi à un rafraîchissement avec cette couleur bordeaux du plus bel effet. La signalétique au sol avec les places de parking dans le vieux village s'achève alors que va débuter celle sur la place du 1er-Mai entre la route de Béziers et la route Minervoise, autorisant de nouvelles places de stationnement à deux pas du centre-ville. Ainsi que l'indique le DGS Florian Maugard, le maximum des chantiers se fait en régie pour des questions économiques mais il tient à préciser toutefois : «Avant chacun, nous analysons pour voir si ça vaut le coup de le faire en interne ou à l'externe. La gestion du personnel implique quelquefois la deuxième solution». À des fins d'efficience, un dispositif d'astreinte va être mis en place pour en cas d'urgence, appeler les agents de permanence que ce soit pour les services techniques comme pour la police municipale. Les gros chantiers requérant des équipements spécifiques sont le fait d'entreprises. Cette année, la première tranche de la RD206, qui doit être impérativement achevée devant l'école des Floralies pour la rentrée, la liaison entre le centre ancien (rue du 11-Novembre) et le port devrait démarrer.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/29/2286304-elagage-peinture-ville-refait-beaute-avant-printemps.html

 

24 février 2016 - En avant-première, le programme d’ArtThéaTrèbes

Affichages : 541

programme arthéatres Depêche 24 février 2016La compagnie Clair-Obscur, de statut associatif, tenait son assemblée générale en fin de semaine dernière. Huit comédiens amateurs la composent et assurent une belle vitrine théâtrale à la ville. «Dieu m'tripotte» n'a-t-elle pas été à l'affiche du festival off de Carcassonne, l'été dernier, et ce mois-ci «Les Amazones» n'ont-elles pas été jouées au théâtre Jean Alary voici quelques jours ? Pour ceux qui auraient manqué ce rendez-vous, cette dernière pièce est programmée à Badens le 6 mars prochain à 15 heures. Théâtre de leurs répétitions tout le long de l'année, la salle des congrès sera aussi celle de la 2e édition d'ArThéaTrèbes les 11, 12 et 13 mars. Une discussion a été entamée lors de cette réunion, quand à l'avenir de cette salle et des aménagements nécessaires. Les compagnies, après ThéâTrèbes devenu désormais ArthéâTrèbes, demandent à participer à ce festival du théâtre amateur, faut-il encore que les lieux soient à la hauteur.

Clair-Obscur n'est pas étranger à ce succès et en cheville ouvrière de cette manifestation avec la municipalité, elle a dû refuser du monde. Il y aura cette année 7 troupes durant les trois jours dont beaucoup de Carcassonne. La compagnie du Hérisson de la MJC, présentera «J'adore l'amour», Anodonte théâtre cher à Roger Avalos et Alain Pérez sera là, «Les poissons rouges» de Carcassonne encore, joueront deux pièces de Tchekhov, «L'ours» et «Une demande en mariage», la compagnie du Miroir toujours de la Préfecture, proposera «Toc Toc» de Laurent Baffie, «Les tréteaux errants» de Sigean interpréteront «Zoo» ou la frontière entre l'homme et l'animal, en l'occurrence une espèce de singes, «Monsieur Amélie Production» de Bram, donnera «La vie rêvée d'Eugénie Hugo». À noter, une première avec la scène ouverte aux jeunes, le club de théâtre du collège Jules Verne est aussi invité.


http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/24/2283132-en-avant-premiere-le-programme-d-artheatrebes.html

 

21 février 2016 - L’@ de la reconnaissance « Villes Internet » pour Trèbes et Floure

Affichages : 549

Ville internet 21 février 2016Une délégation des deux ville et village du canton de la Montagne d'Alaric,Trèbeset Floure, s'est rendue ce jeudi au Beffroi de Montrouge, en banlieue parisienne, pour se voir récompenser du label «Ville ou village internet». Nathalie Ubéda et Éric Ménassi côté trébéen, Philippe Phalip et Pierre Micheau côté flouréen, avec le dénominateur commun de ces deux sites, Fabien Rouire leur créateur. Dans un premier temps, ils ont pu visiter une expo de plusieurs villes, qui ont depuis plusieurs années su mettre le numérique en avant pour leur communication. Différentes tables rondes sur «Comment internet peut aider à la citoyenneté», «L'aspect consultatif, participatif, interactif de ces sites mis en place» avec un témoignage remarqué d'André Santini, député, maire d'Issy-les-Moulineaux, venu en voisin, l'une des premières villes à avoir été labellisée en 1999. Autant d'animations avant la grand-messe pour honorer les plus d'une centaine de collectivités locales de la promotion 2016. C'est le nouveau secrétaire d'État en charge de la réforme de l'État et de la simplification, Jean-Vincent Placé, qui présidait la cérémonie. Le maire de Floure a vécu ses instants avec grande fierté : «Pour nous petit village, c'est une reconnaissance de tout le travail effectué. La plaque avec l'@ gravé, qui nous sera envoyée, aura une bonne place à l'entrée de la commune. Un seul petit regret de ne pas être monté sur scène. Seules les grandes villes titulaires de 4 et 5 @ ont pu le faire. Il est certain qu'avec leurs gros moyens, ces municipalités apportent un service à leur dimension comme réserver un transport, une place en crèche… directement sur le site internet.» Pour cette première comme pour les voisins de Trèbes, cet @ est un encouragement afin de poursuivre dans le numérique au service des citoyens. Bientôt, une grosse base de données sera réalisée en vue de relier l'ensemble des communes labellisées.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/21/2281435-l-de-la-reconnaissance-villes-internet-pour-trebes-et-floure.html

 

19 février 2016 - La vidéo-protection est en place

Affichages : 425

Video protection Depêche 19 fvérier 2016Phénomène sociétal, les caméras de vidéo-protection envahissent nos villes.Trèbesne fait pas exception à la règle. A ce jour huit sont installées, à la fin du mois la première tranche sera achevée avec dix-neuf caméras opérationnelles. Une des priorités fixées par le maire dès son élection était de s'occuper de la sécurité de ses concitoyens. Pour autant, comme au temps de Rome, cela ne se fait pas en un jour. En vue d'accélérer le processus, la municipalité a opté, également par souci économique, pour réaliser l'étude et mettre en concurrence elle-même les différentes entreprises susceptibles de répondre au cahier des charges. «Normalement, il faut un an et demi pour le montage et la mise en place. Ici on a brûlé les étapes», souligne-t-on au cabinet du maire.

300000 euros au final

Au mois de mars dernier, l'accord de principe a été donné et cinq opérateurs ont été mis en compétition. Au final, Scopelec, dont le siège est à Revel, a remporté le marché signé en août. Pour cette première tranche, il en coûtera aux environs de 150 000 €. Deux subventions, le FIPD (Fonds interministériel de la prévention de la délinquance) pour un montant de 53 000 € activé par le préfet Jean-Marc Sabathé, et une enveloppe de 40 000 € provenant de la réserve parlementaire de la sénatrice, avec l'aval du ministère de l'Intérieur, viennent alléger la charge financière de la ville.

Le positionnement des caméras s'est fait en concertation avec les services de la gendarmerie qui en ont assuré le maillage. Un centre de supervision des images, qui sont toutes enregistrées, se trouve à la mairie. Quatre personnels de la municipalité, la gendarmerie et la police nationale sont seuls habilités à les visionner. Deux types de caméras sont utilisées, des fixes de type LPI (lecture des plaques d'immatriculation) placées en priorité sur les axes pénétrants (très efficaces pour lutter contre les cambriolages), et des «dômes» qui balaient l'endroit où elles sont situées.

La seconde tranche avec une quinzaine de caméras de plus sera opérationnelle d'ici la fin de l'année. Une demande de subvention a été déposée. Le coût global, au final, sera de l'ordre de 300 000 €. Avec un tel équipement, ramené proportionnellement au nombre d'habitants, Trèbes sera comparable en termes de caméras à une ville comme Nice !

http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/19/2280091-la-video-protection-est-en-place.html

 

18 février 2016 - La ville va investir massivement

Affichages : 467

Conseil municipal midi libre 18 février 2016Avant d'évoquer les questions à l'ordre du jour, le maire félicitait les agents de la commune pour leur travail.

Effectivement, les travaux de rénovation de l'escalier conduisant à la salle des délibérations sont achevés et le public a découvert un hall et des escaliers entièrement refaits à 80% en régie municipale.

Le débat d'orientation budgétaire 2016 était ensuite abordé, il permet au conseil municipal d'être informé de l'évolution de la situation financière de la commune, un vote étant obligatoire pour acter ce débat.

En avril 2014, la préfecture plaçait la commune dans son réseau d'alerte.

Deux décisions ont alors été prises : baisser les charges de fonctionnement (423 000€ d'économie sur 2014/2015) et une augmentation des impôts locaux (600 000€ de recettes).

Grâce à ces mesures, cette année, la commune sortira du réseau d'alerte des finances publiques.

Retrouvant sa capacité d'autofinancement, la ville va investir massivement en 2016.

Les subventions connaîtront une hausse spectaculaire, (demandes formulées pour de nombreux projets), sur les 1,3 millions d'euros d'emprunt prévus sur la durée du mandat, 600 000 le seront dès cette année, ce qui faisait dire au maire «emprunter aujourd'hui, pour réaliser les projets de demain... ».

En 2020, le montant total des investissements sera de 7 Millions 422 000 €.

La dette de la ville devrait être réduite d'un million d'euros à la fin du mandat, dette qui aujourd'hui est à hauteur de 8 Millions.

Les conseillers d'opposition se sont tous abstenus lors du vote.

En 2016, place à l'opération «Cœur de Ville».

L'approbation d'un protocole conclu entre la commune et la société Alogéa a soulevé des questionnements nombreux de la part des membres des deux oppositions.

Des réponses devront être apportées, le Maire en préambule ayant spécifié «s'il n'y a pas unanimité, la démarche sera obsolète».

Jacques Sentenac, «Unir et agir pour Trèbes» interrogeait : «quel nombre de parkings et de garages? Quel type de logements? Quels bâtiments détruits, lesquels conservés?». «Ce protocole est flou, quand on signe une convention, on veut savoir sur quoi on s'engage...des garanties sont indispensables...», Sébastien Ribéra concluait : «en l'état actuel pas de vote».

Christophe Barthès, FN, faisait la même analyse, et se montrait intransigeant, «nous refusons de voter et réclamons la démolition de ces maisons en décrépitude totale...»

http://www.lindependant.fr/2016/02/18/la-ville-va-investir-massivement-en-2016,2158610.php

 

17 février 2016 - Un mini-cirque au milieu de la bibliothèque

Affichages : 386

un mini cirque au milieu de la bibliotheque 694453 516x332Une fois les consignes de sécurité données par Christèle Pérez, le spectacle pouvait commencer à la médiathèque.

Au milieu des livres, les nombreux enfants installés devant la mini piste face au mini mat chinois allaient vivre une demi-heure d'enchantement.

“Lettre à Victor” est le récit d’un personnage ordinaire qui se confronte à des situations extraordinaires.

Victor, ami de Camille et David, les deux artistes acrobates, est atteint de myopathie.

Aidé par une bande de copains, Victor a réalisé un énorme périple reliant Barcelone au Pôle Nord. C'est tout au long du voyage en voiture qu'il a écrit son texte.

« J'ai passé la moitié de ma vie à penser que mon corps m'éloignait des autres...et que je ne parviendrais jamais au rapport absurde mais tant convoité d'égal à égal... » Et pourtant à la fin de sa lettre Victor parle de relations authentiques et véritable avec l'autre quand elles existent...«Je suis comme je suis et c'est bien qu'il en soit ainsi... ».

Camille et David au cours du spectacle rendent hommage et répondent à Victor avec leurs corps.

La persévérance permet de dépasser les obstacles et c'est un magnifique vocabulaire acrobatique que pratiquent les deux artistes.

Pareils à deux aimants, s'attirant ou se repoussant, ils jouent avec les lois de l'équilibre de leurs corps.

«Ce n’est pas possible, comment ils ont fait...les cris d'émerveillement fusaient dans la salle !».

Les artistes de la Compagnie Daraomaï ont réalisé, ce soir-là, une véritable performance.

http://www.lindependant.fr/2016/02/17/un-mini-cirque-au-milieu-de-la-bibliotheque,2158215.php

 

17 février 2016 - Finances : la ville est sortie de la zone rouge

Affichages : 542

Finances Depêche 17 février 2016Le débat d'orientation budgétaire pour 2016 était le sujet majeur du conseil municipal tenu lundi soir. En fait de débat, il n'y en eut pas. Pas une seule question de la part de l'opposition, à en croire que la présentation du maire était limpide. Après avoir dressé en toile de fond le contexte national et la volonté de l'État, malgré la baisse des dotations de fonctionnement, de soutenir le financement ciblé d'investissements pour la relance de l'économie, le focus était porté sur la commune.

Placée dans le réseau d'alerte financier durant deux ans, avec une capacité d'autofinancement (CAF) négative de 280 000 € en 2014 et de 196 000 € en 2015, la municipalité a relevé la tête par une réduction drastique des charges et, malheureusement, une hausse des impôts locaux. Mais cette politique a contribué à sortir la ville de cette position très inconfortable et dégage à présent une CAF positive de 480 000 €.

«Grâce aux fonds propres de la commune pour un tiers, des subventions pour un autre et à l'emprunt pour un dernier tiers, le programme d'investissement sera véritablement lancé cette année», lançait Éric Ménassi. Autre élément à prendre en compte, il assurait de l'engagement de la baisse de la dette communale d'un million d'euros à la fin de son mandat. Pour cette année, près de 1,7 million d'euros seront investis : 350 000 dans les aménagements urbains (opération «Cœur de ville» notamment), 600 000 dans la voirieet réseaux (route Minervoise, entre autres), 250 000 dans la rénovation de bâtiments (école des Floralies par exemple), près de 400 000 dans le matériel (dont la vidéo protection), 100 000 dans l'accessibilité.

Projet Alogéa : l'opposition veut des garanties

Autre gros dossier, qui, lui, a suscité une vive discussion avec l'opposition : la signature du protocole entre la commune et le bailleur social Alogéa, concernant le projet d'aménagement urbain «Cœur de ville». Par celui-ci, la commune, propriétaire de douze immeubles, s'engage à rétrocéder pour l'euro symbolique ces biens immobiliers, charge à Alogéa de réaliser l'opération de réhabilitation prévoyant des logements et un parking couvert en vue de favoriser le déménagement de personnes âgées pour leur permettre d'accéder aux services de proximité.

Jacques Sentenac, en fer de lance de l'opposition, faisait voter son groupe contre cette signature, arguant que même s'il était favorable à ce projet, celui-ci n'était pas suffisamment précis sur le type, le nombre de logements, le nombre de places deparking : «Je demande des garanties», a-t-il déclaré. Le nouveau conseiller régional Christophe Barthès, du Front national, allait plus loin en demandant à ses colistiers de ne pas prendre part au vote : «Vous donnez un chèque en blanc à Alogéa, vous bradez les bâtiments.» Le protocole était signé à la majorité.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/17/2278533-finances-la-ville-est-sortie-de-la-zone-rouge.html

 

15 février 2016 - Du nouveau pour les tarifs et règlement des salles

Affichages : 573

tarifs et reglement de salle midi libre 15 février 2016Divers point ont été abordés lors du dernier conseil municipal.

Modification des tarifs de location et du règlement intérieur des salles communales : «Pierre-Paul Riquet et des Congrès» :

Les associations trébéennes pourront désormais occuper la salle des congrès gratuitement. La salle Riquet demeurera payante pour les associations extérieures.

Aucune salle ne sera plus prêtée aux particuliers extérieurs. Seuls les particuliers trébéens pourraient  bénéficier de la salle Riquet pour un tarif maintenu à 450 €. Le conseiller régional FN jugeait cette décision gênante, estimant que les trébéens payaient suffisamment d’impôt.

La location de l'une ou l'autre salle est désormais possible et gratuite pour les entreprises trébéennes.

Fourrière automobile :

Pour contractualiser avec une prestation, les incivilités liées aux véhicules en stationnements dangereux ou tout simplement gênants, une convention vient d'être signée entre la commune et la SARL Razous. Par cette convention, approuvée lors du conseil municipal, la Sarl Razous est en charge de l'enlèvement et de la garde des véhicules mal stationnés jusqu'au retrait par leur propriétaire qui s'acquittera d'une amende.

Terrasses trébéennes :

Suite à l'exaspération des riverains de ce lotissement des Hauts de Trèbes dont la chaussée n'a pas de recouvrement propre mais seul un amas de gravillons, le conseil a autorisé le maire à poursuivre en justice le promoteur pour qu'il réalise les travaux de voirie qui sont de son ressort.

Mobilier urbain :

Après appel d'offres, la SARL Philippe Védiaud aura en charge la mise à disposition, l'installation, la maintenance et l'exploitation des 17 panneaux urbains, 9 abris-bus et 2 panneaux lumineux qui constitueront le nouveau mobilier urbain de la commune d'ici 2 mois.

Alarme :

Suite à des vols l'ensemble des bâtiments communaux vont être équipés d'alarmes pour les sécuriser, notamment les écoles de la ville.

Caméras :

4 sont en positionnement, 5 de plus suivent et d'ici 3 à 4 semaines, 18 seront opérationnelles. Avant l'été devraient être installées les 33 caméras préconisées.

Lors des questions diverses, Christophe Barthès faisant un parallèle entre Carcassonne et Trèbes, sur le fait que le recrutement d'anciens policiers ne pouvait exister,

Il lui a été répondu par le maire que Laurent Cros coordonnait toute une direction dans laquelle se trouvait la Police municipale avec à sa tête Karen Fauré qui, elle, est en lien direct avec le maire, Monsieur Cros n'étant pas chef de service des policiers municipaux.

http://www.lindependant.fr/2016/02/22/les-autres-points-abordes-lors-du-conseil-muicipal,2160434.php

 

15 février 2016 - Le centre de secours agrandi à l’horizon début 2017

Affichages : 516

centre de secours agrandie 15 février 2016Les travaux d'agrandissement du centre de secours de la ville sont actés. Lors de la cérémonie de la Sainte-Barbe, ce samedi, le colonel Éric Felten, chef du pôle logistique du SDIS, l'a annoncé solennellement. Le choix des entreprises retenues est en cours et, avant l'été, le chantier qui devrait durer huit mois, débutera. L'enveloppe financière globale pour la création d'un quatrième quai et, à l'arrière des bâtiments, la réalisation de vestiaires femmes et hommes, sera de l'ordre de 300 000 € TTC. Attendue depuis longtemps, tous se félicitent d'une telle décision permettant aux sapeurs-pompiers de bénéficier de meilleures conditions de travail. Un bonheur n'arrivant jamais seul, après l'octroi d'une nouvelle ambulance, la caserne sera dotée d'ici un mois d'un camion-citerne de lutte contre les incendies d'un montant de 190 000 €.

Après le dépôt d'une gerbe, le passage des troupes en revue (quarante-deux hommes et femmes dont trois professionnels, avec quatre nouvelles recrues), la remise des grades et médailles par les officiels, le lieutenant Philippe Miramont faisait état de quelques chiffres concernant le centre de secours. En 2015, il y a eu 70 interventions de plus que l'année précédente, soit 667 dont 395 secours à personne, 58 accidents et 54 incendies. Le colonel Felten se félicitait pour sa part de la forte implication du centre deTrèbesdans le cadre du dispositif départemental et en particulier des feux de forêt (plus de soixante jours de mobilisation).

Ont reçu la médaille d'argent départementale pour dix ans de service : Y. Capitaine, L. Dzouz, B. Allain, F. Mordeglo, G. Bammage et M. Bardou ; sont élevés au grade d'adjudant-chef : Bernard et Baiget ; au grade d'adjudant : Brandao ; au grade de sergent-chef : Balmigère et Camel ; au grade de sergent : Boyer ; au grade de 1re classe : Durand.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/15/2277244-le-centre-de-secours-agrandi-a-l-horizon-debut-2017-2017.html

 

13 février 2016 - Un label pour le site internet de la commune

Affichages : 435

Un label pour le site de la commune depeche 13 février 2016Certaines pour la première fois, d'autres plus habituées depuis sa création en 1999, elles sont 260 collectivités à être labellisées cette année «Ville et village internet 2016». Des plus grosses comme Grenoble aux moins peuplées comme des bourgs de moins d'une centaine d'âmes. Le site ville-trebes.com fait partie des nouveaux labellisés, mettant en œuvre une politique publique numérique locale avec un guide pratique étoffé. Ce label symbolisé par une mention d'un à cinq @ permet à la ville d'évaluer, de montrer et de faire reconnaître un site internet local citoyen. Il sera affiché en entrée de ville et dans les supports de communication. Ce jeudi 18 février une réception à Montrouge, dans la banlieue parisienne, récompensera toutes les villes et villages labellisés. Le maire Éric Ménassi et Nathalie Ubeda, l'élue en charge de la communication, seront présents.

Après cette distinction, un petit retour en arrière sur ce site qui a aujourd'hui 7 mois d'existence.Trèbesne possédait pas alors de site internet et ce vide a été comblé de belle façon. Quelques chiffres : il a reçu 15 000 visites dont la moitié des utilisateurs uniques qui reviennent. Plus de 40 000 pages ont été vues et 3 pages en moyenne par visite pour une durée moyenne de près de 2 minutes. Les utilisateurs mobiles sont légion puisque plus de 3 500 consultent sur smartphone ou tablette. Concernant les réseaux sociaux, près de 800 personnes aiment déjà la page Facebook et en moyenne chaque article est lu par 1 500 internautes. Pour Twitter plus de 100 personnes suivent le compte officiel de la ville de Trèbes, à ce jour 210 twitts ont été postés et on comptabilise 150 lectures pour chacun. D'une manière générale ces deux médias sont des compléments de communication non négligeables du site internet.

Des marges d'évolution sont à venir avec comme l'indique Fabien Rouire, le réalisateur du site : «De plus en plus d'actualités dans l'avenir et bientôt celles du riche tissu associatif de la commune.»

http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/13/2276511-un-label-pour-le-site-internet-de-la-commune.html

7 février 2016 - Un collège bourré de talents

Affichages : 515

Un collège bourré de talents 7 février 2016Dominique Ejarque, le principal du collège Gaston-Bonheur, en poste par le passé au Chili, aux Canaries dans des lycées français, a ramené dans ses valises des animations qu'il était coutume de mettre en avant là-bas. Donner la parole aux collégiens en fêtant leurs talents. En corollaire de ce qui existe déjà pour les élèves de 3e avec l'opération «D'artistes à élèves», mise en place par Piémont d'Alaric chaque année, il a souhaité, avec le corps enseignant, «mettre sous les feux de la rampe, les collégiens. Créer un sentiment d'identité parents, élèves, professeurs, transmettre de l'énergie positive. L'établissement de 430 collégiens se porte bien, les enseignants les accompagnent vers le succès, il est bien de le faire savoir. Nous ressentons ce soir une communauté dans le bon sens du terme». Quelques-uns des mots prononcés par le chef d'établissement visiblement très ému devant une mobilisation aussi forte ce vendredi soir dans la salle Pierre-Paul-Riquet affichant complet.

Alicia Pouviot, professeur de musique, en maître de cérémonie ; Nathalie Gourlay, principale adjointe, en «Mme Loyal», le spectacle «Le collège fête les talents» pouvait débuter. Des chants avec la chorale de Gaston-Bonheur et quelques tubes comme celui de Goldman «Vois sur ton chemin» ou encore un extrait de «Pocahontas». Des talents individuels tels Hugo à la guitare électrique, Marie-Charlotte et Loïse en duo a cappella, celui d'Alizée et Kimberley, Morgane au piano, Ambre et Julie-Anne danseuses. Très remarqués, le groupe autour de Marie Bourdja et ses danses andalouses ainsi qu'au final, des peintures du jeune Mourad promis à un bel avenir. Devant le succès avant-hier soir, le principal a promis que «Le collège fête les talents» serait reconduit désormais chaque année.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/07/2272147-un-college-bourre-de-talents.html