14 avril - La fermeture des écoles du centre-ville ouvre la discussion

fermeture des ecolesSi le plat de résistance était bien l'examen des comptes, quelques autres dossiers ont été étudiés lors de ce conseil de début de semaine. À commencer par celui des fermetures des écoles du Centre-Ville à la rentrée prochaine. Sujet brûlant que le transfert des enfants et de leurs professeurs aux écoles des Floralies. Une discussion s'engageait alors entre le maire et Jacques Sentenac, conseiller municipal d'opposition, sur l'initiateur de cette décision : la municipalité ou l'Éducation nationale. À la suite, les questions d'aménagement étaient débattues, sachant que tout devra être achevé pour le 20 août prochain. Les TAP (temps d'activités périscolaires), concentrés en deux fois une heure trente dorénavant, étaient aussi sujet à discussion. La nouvelle carte scolaire communale prévoit que les enfants domiciliés au sud de l'Aude seront affectés aux écoles de l'Aiguille, ceux au nord aux Floralies. Pour des soucis logistiques, un changement d'horaires sera par ailleurs effectif sur les écoles de l'Aiguille.

Le projet d'aménagement urbain «Un cœur pour Trèbes» souvent évoqué, a été exposé sur le plan financier. D'un coût de deux millions d'euros en quatre tranches, la participation de l'État au titre du fonds de soutien à l'investissement local sera de 40 %, celle du département de 20 %, celle de la région de 20 % également, et la commune abondera à hauteur du dernier cinquième.

Sollicitée par le comité départemental de tennis, la municipalité donne son accord pour céder sous forme d'un bail emphytéotique jusqu'en 2060, un terrain jouxtant le centre départemental afin d'y créer un cours de paddle, nouvelle discipline gérée par la FFT.

Suite au succès de la fête occitane de l'été dernier, pour celle des 6 et 7 août prochain, le conseil autorise la maire à solliciter la région pour une subvention de 22 000 € dans le cadre de l'aide apportée aux manifestations à caractère événementiel.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/04/14/2324609-la-fermeture-des-ecoles-du-centre-ville-ouvre-la-discussion.html

 

13 avril - Comptes de la ville, retour vers une stabilité financière

comptes de la ville stabilisésDeux heures de séance devant un très nombreux public, le conseil municipal de ce lundi, consacré aux comptes de la commune, revêt toujours un intérêt tout particulier qu'il est bon d'analyser dans le détail. Didier Carbonnel, l'adjoint en charge des finances, a déroulé avec pragmatisme les différents comptes et budgets. Concernant 2015, le compte administratif laisse apparaître un excédent de 830 000 € en progression de 37 % par rapport à l'année précédente : une nette baisse de l'encours de la dette et le retour vers une stabilité financière.

Après des années de disette, la ville renoue avec une CAF (capacité d'autofinancement) enfin positive, permettant de relancer les investissements sans recours à l'emprunt. Comme il le précisait pourtant, l'effort doit être poursuivi, même si le désendettement est sur la bonne voie : «L'exercice 2015 traduit une forte volonté d'assainir les finances et les engagements qui ont pu être pris avant notre arrivée. Ce travail s'achèvera du point juridique en 2018. Cet exercice est bien entendu très positif.» Les deux groupes d'opposition n'y voyaient là que l'effet de l'augmentation des impôts décidée l'an dernier et votaient contre, ce qui faisait réagir le premier magistrat de la ville : «Cette hausse était devenue inéluctable, accompagnée d'une gestion des finances rigoureuse face à la situation catastrophique de la ville. Cela a été difficile de faire ce choix mais pour transformer la ville et permettre d'améliorer la vie des Trébéens au quotidien, il fallait passer par là.» Éric Ménasi proposait alors de reconduire les mêmes taux des trois taxes (habitation, foncier bâti, foncier non bâti) pour 2016. Dès lors, le budget primitif présenté retrouve une section d'investissement en rapport avec la taille de la ville ; au-dessus de 3 millions d'euros, en augmentation de 132 % pour une section de fonctionnement d'un peu plus 8 millions d'euros. Tout comme pour les taux des impôts locaux, les deux groupes d'opposition rejetaient ce budget primitif. Assurer des bases saines pour les politiques à venir.

Les travaux vont reprendre aux quatre coins de la ville et concerneront : la réhabilitation du vieux village, aménagement du square Ravel, la création d'un city stade, la route Minervoise, voirie communale, le camping, l'école des Floralies, la fin de la vidéo protection, le quartier Bonnecase, le rez-de-chaussée de la mairie…

http://www.ladepeche.fr/article/2016/04/13/2323720-comptes-de-la-ville-retour-vers-une-stabilite-financiere.html

9 avril - Le syndicat de gestion, un plus pour le collège

le syndicat de gestion college

Sous le couvert de clarification des compétences, il ne reste aujourd'hui qu'une demi-douzaine de syndicats intercommunaux de gestion de collège, dont Gaston-Bonheur, sur les vingt-sept que compte le département. ÀTrèbes, le maintien a été accordé par le préfet en vue d'améliorer l'ordinaire de l'établissement sans jamais se substituer aux obligations du conseil départemental qui en est le propriétaire. La réunion annuelle se tenait ce mercredi en présence des maires ou représentants de la quinzaine de communes dépendant du collège Gaston-Bonheur : Trèbes, qui représente un peu plus de 50 % des effectifs, Malves, Rustiques, Fontiès-d'Aude, Montlaur, Villedubert… Chaque ville ou village alloue 50 € par collégien issu de sa commune et cette manne financière permet aux élèves de bénéficier d'un accompagnement de qualité. Les aides apportées au foyer socio-éducatif et à l'association sportive pérennisent des actions sur le plan péri éducatif et sportif tout comme celles favorisant l'échange avec l'Allemagne. L'aménagement du foyer avec 300 adhérents sur les 430 élèves avec la déco, l'armoire sécurisée, les vitrines d'affichage, l'équipement en tablettes, le matériel vidéo, les vidéoprojecteurs, les sorties pédagogiques, le renouvellement d'ouvrages à la médiathèque… cela n'aurait pu se faire sans le syndicat.

Éliette Piquemal, l'intendante, et Dominique Ejarque, le principal, ont présenté les différents projets à venir concernant l'amélioration du cadre de vie avec la 2e tranche d'aménagement du foyer, d'une salle d'accueil des parents, d'un embellissement du hall, de l'installation d'un fond musical au réfectoire. L'ouverture à l'environnement local et international fait partie aussi de leur préoccupation avec par exemple le développement du numérique. Les projets pédagogiques ne sont pas oubliés avec la poursuite d'un atelier scientifique «De l'oiseau à l'avion» nécessitant des sorties. Une contribution également aux activités comme la voile, le ski, le canoë, la liste est longue. Et comme aime à le commenter la gestionnaire de Gaston-Bonheur : «Heureusement qu'on l'a ce syndicat».

http://www.ladepeche.fr/article/2016/04/09/2321452-le-syndicat-de-gestion-un-plus-pour-le-college.html

 

4 avril 2016 - Le temps retrouvé…

le temps retrouvé«À la manière des trois mousquetaires dans «Vingt ans après», d'Alexandre Dumas, vous allez tous vivre avec nous des moments d'intenses émotions car je n'ai pas retrouvé dans les annales du collège de moment de retrouvailles comme celui qui nous réunit en cette soirée de printemps». Dominique Ejarque, le principal du collège Gaston-Bonheur, dressait ainsi le décor vendredi soir.

À l'occasion d'une rencontre avec Virginie Baiget, ancienne élève, aujourd'hui maman d'élèves de l'établissement, le principal avait évoqué la possibilité d'aller à la recherche des anciens ayant fréquenté l'établissement. Un travail de longue haleine couronné de succès tant les réponses positives ont afflué de toutes parts pour saluer cette initiative. Au plus fort de la fin d'après-midi, ils se comptaient près de 150 anciens potaches dans la grande salle du réfectoire. Des plus jeunes, tout juste la trentaine, aux plus âgés flirtant avec le demi-siècle, tous avaient plaisir à se revoir ; certains s'étaient perdus de vue depuis longtemps. Quelques cheveux grisonnants par-ci, quelques kilos superflus par-là, on échangeait et enchaînait les anecdotes de quatre ans de vie commune.

«Ce besoin de se trouver a du sens»

Un moment de grand émoi fut l'intervention de l'ex-CPE, Pierre Botella (vingt-huit ans de maison), une figure qui a marqué l'histoire du collège, le lien entre le passé et le présent. Dominique Ejarque a tenu à nous confier sa profonde satisfaction : «Ce besoin de se retrouver a du sens : se rassembler, fraterniser dans cette société qui en a tant besoin aujourd'hui. Ils ont la fierté d'être passés par Gaston-Bonheur. C'est le plus beau cadeau qu'ils pouvaient faire à leur collège, le faire rayonner comme il le mérite.»

Le pèlerinage s'est poursuivi en arpentant à nouveau les couloirs tant de fois parcourus avant de partager un pot de l'amitié n'ayant jamais autant mérité son nom. Déjà d'autres projets prennent corps. Peut-être la création d'une amicale, le souhait d'élargir aux anciens profs, un pique-nique le 28 mai prochain pour continuer la route ensemble.

Brioches de l'Afdaim.

L'opération «brioches» de l'Afdaim se déroulera àTrèbesdu 4 au 10 avril. Ce lundi 4 avril, à 18 h 30 en mairie, salle du conseil municipal, aura lieu la remise de la première brioche à M. le maire.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/04/04/2317516-le-temps-retrouve.html

31 mars 2016 - Expo : les livres d’art de Michel Boucaut

Expo OT Michel Boucaut 31 mars depecheÀ l'exemple de la tournée d'adieu de certains chanteurs, l'office du tourisme, sous forme associative, propose cette saison des expos d'artistes qui ont marqué son histoire. La présidente Marie Biel tire sa révérence à la tête de cette maison qu'elle a conduite depuis plus d'une vingtaine d'années. En 2017, sous la compétence de Carcassonne Agglo, elle partira sur la pointe des pieds, laissant à d'autres le soin d'animer cette antenne touristique.
Michel Boucaut est assurément un des hommes de l'art qui ont écrit les plus belles pages des expos de l'office. Lui, l'éditeur, graveur, vient pour la troisième fois poursuivre sa saga audoise : quinze ans, quinze livres. Débarqué dans notre Midi suite à un voyage «cathare» en 1998, ce directeur artistique d'une grosse imprimerie grenobloise a créé à Malves les éditions Le Libre Feuille. Installé depuis peu à Caunes-Minervois, Michel Boucaut travaille en ce moment à son prochain livre, «La Mémoire et la mer», de Léo Ferré, un ami comme Leny Escudero avec lequel il travailla sur «Y'a des jours comme ça». Ses gravures, ses encres, parfois ses textes, il les voue à des livres d'artistes sur des papiers de grande qualité et en tirage limité (trente exemplaires tout au plus).
Du 1er au 30 avril, son exposition «Corps & Esprit» présente diverses planches issues de ses livres. «La Chute de l'ombre», rappelant les sept dernières paroles du Christ en croix ; «Une couleur de l'invisible», sur des textes de Sylvie Germain ; «Le Livre ouvert», de Paul Eluard, un hymne à la beauté de la femme ; «Pierres Vives», une collaboration avec Claude Marti ; «Rythmes», d'Andrée Chedid, la grande poétesse libano-égyptienne. Autant de gravures, d'encres, de gaufrage afin de sublimer les écrits. Le vernissage aura lieu vendredi 1er avril, à 18 h 30.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/03/31/2314886-expo-les-livres-d-art-de-michel-boucaut.html#VybJKwdYr1FM1Y0s.99

 

26 mars 2015 - La gendarmerie, au rapport !

gendramerie au rapport 26mars depecheUn peu comme lors d'un grand oral, le major Daniel Delpech a dressé, ce mardi, le bilan de l'activité de la communauté de brigade de Trèbes-Capendu qu'il dirige, devant le commandant de compagnie, ses femmes et ses hommes, et les élus du territoire (20 communes pour 19 000 habitants). «Une année 2015 intense avec près de 30 000 heures de service rapportées aux 28 000 de l'année précédente, réparties pour les trois quarts dans les missions de surveillance contre les atteintes aux biens». Ce seront les seuls chiffres dont nous aurons connaissance, la gendarmerie étant surnommée souvent «la grande muette». Si l'accidentologie a pu se prévaloir d'un bon résultat, le major ne passait pas sous silence le «coup de chaud» de l'été dernier sur le quartier de l'Aiguille à Trèbes. Une fois maîtrisé, début octobre, un plan de surveillance sur cette commune a été décrété par le préfet en vue de prévenir tous désordres.
Le chef d'escadron Stéphane Cario, commandant la compagnie de Carcassonne, prenait à son tour la parole. Il réaffirmait la volonté de travailler d'arrache-pied pour maintenir une situation calme, particulièrement à Trèbes, et saluait à cet effet l'initiative d'implanter de la vidéo-protection dans la ville. «On ne fait rien sans nos partenaires, les acteurs locaux, que ce soient les municipalités, les commerçants et les habitants d'une manière générale». Le militaire saluait aussi le PSIG, les réservistes, la brigade de recherche lors des périodes délicates. Élargissant le débat, il évoquait bien sûr le terrorisme en France et en Belgique, et l'état d'urgence, de nouveaux paramètres dont ses hommes doivent tenir compte à présent, rendant leur tâche un peu plus ardue encore.
Une pensée aussi pour la gendarme Véronique Arenalès et l'adjudant Jean-Marc Decou, victimes d'une agression motorisée en ce début d'année et toujours en convalescence.

www.ladepeche.fr/article/2016/03/26/2312061-la-gendarmerie-au-rapport.html#KzisLkwMFCsLfJfW.99

 

17 mars 2016 - ArThéâTrèbes, une bonne adresse !

arthéatrèbes une bonne adresse 17 mars depecheEt si la ville devenait la bonne adresse du théâtre amateur ? Les chiffres parlent d'eux-mêmes : près d'un millier de spectateurs ont assisté aux différentes pièces proposées à la salle des congrès par ArThéâTrèbes. «Des salles combles pour un public comblé», se réjouissait Anna Bonnaud, de Clair-Obscur, en chef des réjouissances avec la municipalité.

Au menu de ces trois jours, ces épicuriens des arts ont savouré avec délectation les sept comédies qui leur étaient servies. En amuse-gueule, le vendredi soir, «J'adore l'amour…», par la Compagnie du Hérisson, a suscité la curiosité et a ouvert l'appétit du public. Le lendemain, «La Vie rêvée d'Eugénie Hugo», par Monsieur Amélie Cie, une vraie performance d'actrice, était suivie d'une seconde pièce qui a fait travailler les zygomatiques tant «Toc Toc», par la Compagnie du Miroir, a fait tordre de rire l'assemblée. La Compagnie des Poissons rouges présentait un «Ours», de Tchekhov, traité de manière loufoque, comme on ne l'attend pas du dramaturge russe. Le public s'est ensuite régalé avec l'Anodonte Théâtre et ses «Diablogues et autres interventions à deux voix», servis par des artistes accomplis.

Un plateau d'une douzaine de gamins du collège Jules-Verne, avec de belles promesses, précédait, dimanche, le final en apothéose : «Zoo, l'assassin philanthrope», par les Tréteaux Errants, qui ajoutait sa note sucrée à ce menu de fête avec une mise en scène géniale.

ArThéâTrèbes présentera une troisième édition en mars prochain.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/03/17/2305441-artheatrebes-une-bonne-adresse.html

 

13 mars 2016 - « Woush ! Un petit air », du théâtre pour les tous petits

Woush ! Un petit air   du théâtre pour les tous petits 13 mars 2016 depecheDans le cadre du projet Scène d'enfance, la médiathèque deTrèbespropose, le mardi 15 mars à 18 heures, «Woush, un petit air», une pièce de théâtre gestuelle et sensorielle pour les tout-petits avec vent, papiers et musique, présentée par la Caracol Théâtre, une compagnie de la région Languedoc-Roussillon menée par Alicia Le Breton.

«Nous embarquons dans un voyage empli de turbulences et de respirations. Nous le suivons à la manière d'un petit air qui erre au gré de sa fantaisie. Nous explorons ce qui, sur cette planète, nous permet d'être, avec nos peurs et nos plaisirs.»

Elle souffle sur sa tasse parfumée. Elle regarde les oiseaux qui passent. Elle attend que son linge sèche. Nous l'appellerons : la «femme en rouge». Sur scène, des fils à linge et une malle sont disposés dans une prairie de papier. L'air sent bon. La brise est légère.

La femme en rouge sifflote. Tête en l'air, elle réalise qu'elle a oublié d'étendre tout son linge. Elle découvre alors un carnet de feuilles au milieu des draps. Elle a l'idée de construire un bonhomme de papier, fragile comme elle. Comme elle, il regarde les nuages. Comme elle, il rêve de voler. Pour son petit bonhomme, la «femme en rouge» est prête à tout et lorsqu'une bourrasque le propulse dans les airs, elle le suit à travers nuages et fumées pour le retrouver. Était-ce un rêve ? L'amour donne des ailes, non ? Même si le vent n'en fait décidément qu'à sa tête.

Pour les enfants de 1 à 6 ans à la médiathèque. Entrée gratuite.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/03/13/2302988-whoush-un-petit-air-du-theatre-pour-les-tout-petits.html

11 mars 2016 - ArThéâTrèbes : de l’absurde, des scènes de vie, de l’humour toujours et encore

arThéâTrèbes 11 mars 2016 depechejpgLe samedi 12 mars à 22 heures, la compagnie Anodonte Théâtre présente «Diablogues et autres inventions à deux voix», de Roland Dubillard. Un ensemble de petites scènes courtes, dialoguées. Le réel vous mène en bateau, deux petites têtes bizarrement ordonnées confrontent leurs mondes jusqu'au chaos debout. Absurdement drôle… ou drôlement absurde ? Confession, politique, psychothérapie d'une pendule, le compte-gouttes, le violon et le fusil, le plongeon, l'enterrement de Georges.

Dimanche 13 mars à 14 h 30 : Place aux jeunes avec la troupe Les Juvéniles, du collège Jules-Verne, de Carcassonne, qui joue «Et si les contes nous étaient recontés ?». Les Juvéniles vont vous replonger dans cet univers… pas si merveilleux, pour ensuite vous ramener à la réalité en vous présentant quelques scènes de vie. Sketchs style café-théâtre pour partager un très agréable moment !

En clôture le dimanche 13 mars à 17 heures : La compagnie Les Tréteaux Errants pour une pièce de Vercors «Zoo ou l'assassin philanthrope». Une comédie judiciaire, zoologique et morale. Des archéologues et des paléontologues, au cours d'une mission en Nouvelle Guinée, font la rencontre de pithécanthropes «vivants»… alors qu'on les croyait disparus depuis un million d'années !… Ces individus quadrumanes à poils ras savent faire le feu, fabriquent leurs outils et enterrent leurs morts. Sont-ils des Singes ou sont-ils des Hommes ? Vercors nous fait alors rentrer avec beaucoup d'humour dans les circonvolutions juridiques, anatomiques et religieuses pour essayer de définir la frontière entre l'homme et l'animal. Entrée gratuite, renseignements et réservations au 04 68 78 51 16.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/03/11/2301357-artheatrebes-absurde-scenes-vie-humour-toujours-encore.html#aKEZKOOKySBHB4Mr.99

10 mars 2016 - Une pièce de Laurent Baffie à l’affiche d’ArThéâTrèbes

arThéâTrèbes 10 mars 2016 DepecheLe samedi 12 mars, à 16 heures, une pièce de Laurent Baffie sera jouée par la Compagnie du Miroir «Toc-toc» dans le cadre d'ArThéâTrèbes. «Le docteur Stern, de renommée mondiale, est un spécialiste des troubles obsessionnels compulsifs ou TOCS. Il ne consulte que très rarement en France. Les six personnes qui bavardent dans la salle d'attente ont dû patienter de nombreux mois pour obtenir une consultation. Mais l'éminent thérapeute se fait attendre, bloqué à Francfort par les aléas du transport aérien. Devisant ensemble, jouant au Monopoly pour tromper leur ennui, les patients vont apprendre à se connaître et même tenter une thérapie de groupe, ponctuée par les incontrôlables tocs des uns et des autres!».

A 20 h 30, toujours ce samedi 12 mars, «L'Ours» et «Une Demande en mariage», deux comédies d'Anton Tchekhov, présentées par la compagnie Les Poissons Rouges.
«L'Ours» : Un propriétaire terrien, ours mal léché, vient réclamer à une veuve une dette contractée par son défunt époux. Échauffé par la rigueur que lui oppose la femme, il la demande en mariage après l'avoir provoquée en duel… Une mise en scène sage et pétillante.

«Une Demande en mariage» : Venu demander sa voisine en mariage, le héros s'engage dans une discussion si violente que cette dernière se prend au jeu et lui répond sur le même ton. Après s'être injuriés copieusement, ils finissent par s'accorder, tout en restant chacun sur leur position. Une mise en scène loufoque et délirante proche des films d'horreur comiques. Deux courtes farces qui révèlent la folie et la fantaisie de Tchekhov.

Entrée gratuite, renseignements et réservations au 04 68 78 51 16.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/03/10/2301038-une-piece-de-laurent-baffie-a-l-affiche-d-artheatrebes.html

10 mars 2016 - « J’adore l’amour… » et le théâtre aussi

arThéâTrèbes 10 mars 2016 midi libreA 20 h 30, «La Compagnie du Hérisson » présente une comédie de Bruno Chapelle et Marie-Aline Thomassin, « J'adore l'amour...j'aimerais bien le refaire un jour ! » (1 h 20).

Carole a enfin rencontré l'homme de sa vie, un séduisant italien carrossé comme une Ferrari et elle a mis les petits plats dans les grands, les talons aiguilles et la robe de soirée pour l'occasion.

Mais cette soirée va virer au cauchemar avec les arrivées successives de sa meilleure amie en plein chagrin d'amour et de son ex à la recherche de ...de quoi d'ailleurs?

Une comédie hilarante et très enlevée sur l'amour, l'amitié, le sexe, sans oublier le chou-fleur!

http://www.lindependant.fr/2016/03/10/au-theatre-vendredi-11,2168370.php

09 mars 2016 - ArThéâTrèbes, 2nde édition du festival de théâtre amateur

arThéâTrèbes 09 mars 2016 DepecheArThéâTrèbes propose cette année sept pièces de théâtre dans la salle des congrès de la mairie. Des compagnies amateur du cru vont durant trois jours vous transporter dans leur univers, le plus souvent hilarant et loufoque. Sur les côtés de la salle, vous pourrez aussi découvrir les sculptures de deux artistes du coin. Jean-Louis Costes, de Villegailhenc, présente des sculptures occitanes et symboliques à message, à partir de bois flotté déniché en bord de mer ; Francis Oussens, de la Trivalle, se passionne aujourd'hui pour le fer, ses sculptures sont l'assemblage et la métamorphose de vieux outils et fers usés, reste d'un passé oublié.

Ce vendredi 11 mars à 20 h 30, la compagnie du Hérisson, de la MJC de Carcassonne, présente : «J'adore l'amour… J'aimerais bien le refaire un jour !», une comédie de Bruno Chapelle et Marie-Aline Thomassin.
Carole a enfin rencontré l'homme de sa vie, un séduisant italien carrossé comme une Ferrari et elle a mis les petits plats dans les grands, les talons aiguilles et la robe de soirée pour l'occasion.
Mais cette soirée va virer au cauchemar avec les arrivées successives de sa meilleure amie en plein chagrin d'amour et de son ex à la recherche de… de quoi d'ailleurs ? Une comédie hilarante et très enlevée sur l'amour, l'amitié, le sexe, sans oublier le chou-fleur !

Samedi 12 mars à 14 h 30, Monsieur Amélie Cie joue : «La Vie Rêvée d'Eugénie Hugo», une pièce de Luc Tallieu.

Eugénie est la première des filles de Victor Hugo, née d'une mère inconnue, qui mourra en couche en lui donnant la vie… Elle apprendra lentement à trouver sa place aux côtés du Grand Homme et sous l'ombre pesante de ses sœurs… Léopoldine mourra accidentellement à 19 ans, mais écrasera de sa présence Eugénie mais aussi Adèle, plus fragile qui sombrera doucement dans la folie, pour s'y abandonner complètement quarante ans de sa vie… Eugénie partage avec humour et passion, ses joies, ses jalousies, ses tristesses, ses amours avec Hector Berlioz, ses frustrations de fille illégitime…

Entrée gratuite, renseignements et réservations au 04 68 78 51 16.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/03/09/2299836-artheatrebes-2nde-edition-du-festival-de-theatre-amateur.html

09 mars 2016 - Un rendez-vous culturel gratuit et incontournable

arThéâTrèbes 09 mars 2016 Midi Libre Dernière ligne droite avant le week-end du rendez-vous des Arts.

Cette deuxième édition d'ArThéaTrèbes unira la sculpture des mots, le Théâtre de la scène, à une autre forme d'art, la sculpture de la matière avec les œuvres de Jean-Louis Coste et FrancIs Oussens.
Les 11, 12 et 13 Mars, la salle des congrès accueillera 7 troupes au lieu de quatre lors de la première édition.
Un projet ambitieux qui tend à pérenniser un festival, un week-end théâtral, un rendez-vous culturel incontournable chaque mois de Mars sur Trèbes.
Un accès libre et gratuit afin que la culture puisse s'ouvrir au plus grand nombre.
Le premier soir à 20 h30, «La Compagnie du Hérisson» de la MJC de Carcassonne, présentera «J'adore l'amour», une comédie hilarante.

Le samedi 12 Mars

A 14 h, une première représentation de «Monsieur Amélie Compagnie» «La vie rêvée d'Eugénie Hugo».
A 16 h, «La Compagnie du Miroir » présentera «Toc Toc» de Laurent Baffie.
Deux pièces en soirée : 20 h 30, «La Compagnie Les poissons rouges» jouera deux comédies de Tchekhov, «L'ours» et «Une demande en mariage», à 22 h 00, «La Compagnie Anodote Théâtre» clôturera la soirée avec «Dialogues et autres inventions à deux voix».

Dimanche 13 mars

A 14 h 30, la scène s'ouvrira aux jeunes, la troupe «Les Juvéniles» du Collège Jules Verne de Carcassonne présentera «Et si les contes nous étaient racontés ?».
A 17 heures, des habitués des lieux, puisque déjà présents l'an dernier, La Compagnie «Les Tréteaux Errants» entraîneront les spectateurs dans une étonnante et amusante comédie « Zoo ou l'assassin Philantrhope».

Inscriptions en Mairie au 04 68 78 51 16

Dans la salle des congrès, lors du week-end des ArThéâTrèbes, les spectateurs auront également l'occasion d'admirer les sculptures de Jean-Louis Coste et Francis Oussens.
Les «Sculptures Occitanes et Symboliques à Messages», de Jean-Louis Coste.
Ce carcassonnais connu pour sa peinture à base de Chardonnay et d’épices, de cépages rouges et de pigments naturels avec résines est aussi sculpteur. Son travail artisanal et ludique s’inscrit dans le vif de l’intimité du bois flotté qu'il ramasse en bord de mer. 
Sa quête incessante de formes nouvelles, est une simple continuité dans le travail fait en premier lieu par le soleil, la mer, les insectes et les animaux....certains bois se sont déjà transformés en des formes sculpturales. 
Pour rendre une deuxième vie à ces bois abandonnés et un vibrant hommage au travail courageux des «anciens», Jean-Louis Coste crée des «Sculptures Occitanes et Symboliques à Messages»..

Les sculptures de Francis Oussens :

Né à la Trivalle, quartier populaire au pied de la Cité, Francis Oussens est conseillé tout jeune par son oncle ébéniste, sculpteur et peintre. Il essaye alors la sculpture sur bois et la peinture.
Aujourd'hui c'est le fer qui le passionne. 
Ces sculptures sont l'assemblage et la métamorphose de vieux outils et de fers usé, reste d'un passé oublié. Ces matériaux reprennent vie sous son imagination créative et brute. Chaque sculpture doit avoir sa propre histoire et doit offrir à celui qui la regarde un plaisir toujours renouvelé. 

Après des années de créations et un palmarès bien étoffé par des premiers prix pour Francis Oussens «L'art ne fait que du bien».

http://www.lindependant.fr/2016/03/09/un-rendez-vous-culturel-gratuit-et-incontournable,2167666.php

7 mars 2016 - Une journée de vacances citoyenne et active

journée de vac cotoyenne 7 mars 2016Mourad El Bidaoui avait programmé une journée spéciale lors de ces vacances scolaires pour les jeunes du centre social Carcassonne-agglo solidarité.
Il avait convié ceux qui étaient volontaires à se présenter à 10 h au centre de leur quartier de l'Aiguille.

Munis de gants plastiques, de sacs poubelles et de pinces, ils étaient fin prêts pour ramasser les ordures diverses qui jonchaient espaces verts ou autres parkings...et ce n'était pas un petit travail, car les déchets ne prennent pas toujours le chemin de la poubelle mais reste là, à l'endroit où ils ont été consommés.
Il fallait prendre soin de trier bouteilles plastiques, papiers, même un matelas, une étagère tombés on ne sait d'où ont été récupérés.

La quinzaine de participants s'est rendue l'après-midi au Covaldem 11.
Le Covaldem11 est la collectivité intercommunale de Collecte et Valorisation des Déchets Ménagers de l’Aude.
Il assure la collecte, le traitement des déchets ménagers et assimilés ainsi que la valorisation des matériaux recyclables et valorisables sur le territoire.
Rôle du Covaldem 11, visite de la plateforme compostage, cabine de tri...on leur a tout expliqué, il ne reste plus maintenant qu'à faire passer le message.

http://www.lindependant.fr/2016/03/08/une-journee-de-vacances-citoyenne,2167283.php