25 mai 2016 - André Bonnery : un éclairage sur la croissance de la ville

Affichages : 246

andré bonnery une éclairage sur al croissance de la ville 160525« Depuis quand existe Trèbes, je ne peux pas le dire », déclarait en préambule de sa conférence sur sa ville André Bonnery, le président de la SEHT (Société d'études historiques de Trèbes). Ce second volet des Vendredis culturels était consacré à l'histoire de la croissance de la cité des 3B. L'historien a néanmoins fait cette confidence : «On a découvert la trace d'un fossé de 2 m de profondeur et 4 m de large à Millegrand, des restes de la ferme de Mourral qui dateraient de 4700 ans.» Des révélations comme celles-là, André Bonnery a en distillé durant plus d'une heure à un public avide de connaissance. De la découverte des premiers habitants du territoire communal et de leur mode de vie, durant le premier millénaire avant notre ère, à l'implantation d'un bourg au confluent des deux rivières qui délimitent un site facile à défendre, non loin des voies de communication terrestres, puis son développement au Moyen Âge.
Cet essor était évoqué à travers des cartes et des documents photographiques projetés sur écran et commentés avec l'apparition des nouvelles voies de communication : canal du Midi, chemin de fer… Il en reste un riche patrimoine dont la commune peut s'enorgueillir : cadre de vie à préserver et capital non négligeable pour l'économie touristique.
Le dernier rendez-vous a lieu toujours à la salle des congrès, ce vendredi 27 mai, à 18 h 30, avec une conférence sur «L'ascension sociale d'un serf de Béragne devenu évêque de Carcassonne : Guilhem Razouls», animée par Jean Blanc, attaché de conservation aux Archives départementales.
C'est vers 1196 que Guillaume Razouls voit le jour à Béragne, non loin de Trèbes. Issu du servage, Guillaume apparaît, pour la première fois, dans un document daté de février 1223. Il est cité parmi les écoliers fréquentant l'école de la cathédrale Saint-Nazaire de la Cité de Carcassonne. En 1248, il est archidiacre majeur, la plus haute dignité de l'église cathédrale. En 1255, après avoir été affranchi, il accède au trône épiscopal.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/05/25/2351056-andre-bonnery-un-eclairage-sur-la-croissance-de-la-ville.html