Devant le Monument aux Morts, ils étaient nombreux pour se souvenir

Affichages : 122

fiul6YOIHuJkqlx4TY olTFJ2ve90CgjySShtPyV4KwLa météo était de circonstance : pluie fine, accalmie puis bourrasques de vent...malgré tout l'assistance était dense aux côtés des autorités civiles et militaires, en ce samedi 11 novembre, pour commémorer la Victoire et la Paix !

Après la Messe solennelle en l'Église Saint-Étienne, en défilé, les participants ont rejoint le Cimetière depuis la Mairie.

Devant le Monument aux Morts, après que des Collégiens de Gaston Bonheur aient lu le Message de l'Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de Guerre, le Maire Éric Ménassi lisait, à son tour, le message du Secrétaire d'État auprès de la Ministre des Armées. "Quatre vingt dix neuf années ont passé depuis cette fin de matinée où, ce 11 novembre 1918, à 11 heures, sur le Front, les clairons ont surgi pour sonner le cessez le feu...." "Victimes indirectes de la guerre, des centaines de milliers d'enfants se sont retrouvés orphelins..." 

A la fin du message, un élève de l'École Primaire des Floralies faisait l'appel de nos 17 morts de 1917, tandis que d'autres élèves déposaient 17 bougies.

Les autorités déposaient alors leurs gerbes puis, dirigés par leur Directeur Xavier Chalard, les écoliers chantaient, a capella, la Marseillaise.

Ces mêmes écoliers, à la Salle des Congrès, accompagnés par une jeune guitariste pleine de talent, chantaient et récitaient des poèmes devant l'exposition de leurs dessins avant d'entonner une nouvelle fois la Marseillaise.

La 5è Compagnie du 3è RPIMA, parrainée par la Ville de Trèbes, était représentée par deux adjudants, une présence bien symbolique avant le départ, ces prochains jours, des militaires en Nouvelle Calédonie.

Ensuite, tous se sont retrouvés autour de l'apéritif offert par la Municipalité.