"L'homme du 18 juin"

Affichages : 197

18 juin cRéunis devant la Stèle de la Résistance, ce 18 juin 2020, élus, officiels et portes-drapeaux commémoraient l'Appel du 18 juin. "C'était il y a 80 ans, jour pour jour."

Après la lecture de l'appel historique du Général De Gaulle par Marie Biel, le maire, Éric Ménassi, lisait le message ministériel :

"Je m'apparaissais à moi-même, seul et démuni de tout, comme un homme au bord d'un océan qu'il prétendait franchir à la nage." 
Le 17 juin 1940, dans les airs entre Bordeaux et Londres, Charles De Gaulle mesure l'ampleur de la tâche qui est devant lui alors que la défaite de la France est consommée, que l'armistice est demandé et que l'esprit d'abandon a triomphé.
En quittant le sol national, il choisit l'exception, il refuse l'abaissement.

Sur les rives de la Tamise, rien ne l'attend, ni troupe ni arme, ni navire, ni avion. En France aucune organisation ne s'apprête à soutenir son action. Tout est à bâtir.
Le Royaume-Uni offre à "ce naufragé de la désolation", la première de ses armes : les ondes de la BBC. 

18 juin gDans la matinée, du 18 juin 1940, le Général De Gaulle rédige des mots qui font corps avec notre histoire. Il est 18 heures lorsqu'il les prononce.

Dans la soirée, ces paroles irrévocables franchissent la Manche et sèment les graines de l'espérance...

L'Appel du 18 juin n'est pas le texte d'un soir, il est le début d'une épopée : celle de la France libre puis de la France combattante..."

Quatre minutes d'un discours sur des ondes radios grâce à la bienveillance du Premier Ministre anglais Winston Churchill... un appel à la Résistance qui scellait la première marche décisive de l'Histoire mondiale.